Bienvenue, Welcome!

Choisissez votre langue, select your language.

À propos de nous

Nos cofondateurs

Jean Daniel Lafond, C.C., R.C.A., Chevalier des Arts et Lettres

Cofondateur et coprésident

Membre du Comité de gouvernance

Membre du Comité stratégique

Ottawa, Ontario

Jean-Daniel Lafond est né en France, où il a été professeur de philosophie et chercheur en sciences de l’éducation. Professeur-invité à l’Université de Montréal en 1974, il choisit l’exil au Canada et devient citoyen canadien en 1981. Depuis, il se consacre au cinéma et à l’écriture, avec des incursions à la radio et au théâtre.

Il est l’auteur d’une vingtaine de films, qui s’inscrivent dans la continuité du cinéma documentaire de création : Les traces du rêve (1985, en nomination au prix Génie du meilleur documentaire), Le voyage au bout de la route (1987), Le visiteur d’un soir (1989), La Manière Nègre ou Aimé Césaire, chemin faisant (1991), Tropique Nord (1994 – Prix TV5 du meilleur documentaire francophone), La liberté en colère (1994), Haïti dans tous nos rêves (1995 – Prix du meilleur film politique, Festival Hot Docs, Toronto 1996), L’Heure de Cuba (1999 – en nomination au prix Gémeaux du meilleur documentaire), Le temps des barbares (1999), Salam Iran, une lettre persane ( 2002 – Prix Gémeaux du meilleur documentaire), Le faiseur de théâtre (Les Films d’Ici, France, 2002), Le cabinet du Docteur Ferron (2003 – Prix Gémeaux du meilleur documentaire), Le fugitif ou les vérités d’Hassan (2006 – Nominé en 2007 pour quatre Gémeaux, sélectionné dans plus de 20 festivals à travers le monde), Folle de Dieu (2008), Un film avec toi (2015), La fin des certitudes (2020).

Parallèlement au cinéma, il a développé une œuvre radiophonique originale (à France-Culture et à Radio-Canada), a publié plusieurs livres dont Un désir d’Amérique (Édito-Gallimard, 2015) et a fait des incursions au théâtre comme auteur et acteur (Près du sol, avec Olivier Perrier en 2000 et La déraison d’Amour avec Marie Tifo (2008) . Il est co-fondateur en 1998 et président jusqu’en 2005 des Rencontres internationales du documentaire de Montréal et de l’Observatoire canadien du documentaire. Ses films ont recueilli de nombreux prix nationaux et internationaux. 

Il a reçu le prix Lumières en 1999.  Il est Compagnon de l’Ordre du Canada (C.C.) depuis 2005, la plus haute distinction civile remise au Canada. Il a été élu en 2009 membre de l’Académie canadienne royale des arts (R.C.A.). Il a été fait Chevalier des Arts et des Lettres par le gouvernement français (2013).  

De 2005 à 2010, il a collaboré activement à la fonction de son épouse la Très Honorable Michaëlle Jean, gouverneure générale, chef d’État du Canada et commandante-en-chef des armées.

Depuis 2010, il est Distinguished Senior Fellow à la Faculté des arts et des sciences sociales de l’Université Carleton (Ottawa) où il a fondé le Forum national Le pouvoir des arts/ Power of the Arts National Forum), de 2012 à 2015 il a été président de la Fondation pour l’avancement du théâtre francophone au Canada (FATFC)

En 2010, il a accepté de se consacrer bénévolement à la Fondation Michaëlle Jean Foundation en tant que directeur général jusqu’en 2020.    



La très honorable Michaëlle Jean, C.P., C.C., C.M.M., C.O.M., C.D.

Cofondatrice et coprésidente

Membre du Comité de gouvernance

Membre du Comité de  développement et de financement

Ottawa, Ontario

Michaëlle Jean est la 27e Gouverneure générale, Commandante en chef du Canada, assermentée le 27 septembre 2005 pour un mandat de 5 ans. Dès la fin de ce mandat, le 1er octobre 2010, les Nations unies ont immédiatement fait appel à elle, en qualité d’Envoyée spéciale de lUNESCO, pour soutenir les efforts de reconstruction en Haïti, son pays natal dévasté cette même année par un puissant séisme qui a fait des centaines de milliers de morts, autant de blessés et de sinistrés. Elle sera également, de 2011 à 2014, appelée à occuper la fonction de Chancelière de lUniversité dOttawa qui abritait son bureau d’Envoyée spéciale de l’UNESCO. Michaëlle Jean deviendra après Boutros Boutros Ghali et Abdou Diouf la 3e Secrétaire générale de la Francophonie (OIF), cette Organisation internationale qui rassemble 88 États et gouvernements sur les 5 continents et qu’elle présidera, comme dans le cadre de ses fonctions et responsabilités précédentes, avec la plus grande énergie, du 5 janvier 2015 au 3 janvier 2019.

Femme d’État et diplomate aguerrie, sachant convaincre et témoigner avec éloquence de l’état et des enjeux du monde, Michaëlle Jean a montré sa capacité de convoquer partout dans l’espace multilatéral, dans toutes les enceintes de l’ONU, à New York comme à Genève, jusqu’au Conseil de sécurité, de même qu’à l’Union européenne, au Parlement européen, à l’OCDE et à l’Union Africaine. Elle est connue et appréciée pour ses convictions, son humanisme, son sens profond des valeurs universelles, des principes et des règles de la démocratie, de l’état de droit, de la justice, des droits et des libertés. Elle ne recule devant rien en faveur de la paix, jusque dans la lutte contre le terrorisme, la radicalisation et l’extrémisme, la lute pour l’éradication de la discrimination raciale. Elle croit au génie des actions citoyennes, à l’investissement dans le capital humain, au renforcement des capacités et des connaissances, à la modernisation de l’éducation et de la formation professionnelle, technique et technologique. Elle sait mobiliser les femmes et la jeunesse, agir en faveur de leurs droits et de leur apport incontournable.

Née en 1957, à Port-au-Prince en Haïti, c’est en 1968 qu’elle arrive au Canada avec ses parents qui fuient, comme des milliers d’autres familles, le régime dictatorial de François Duvalier. Elle connait les épreuves de l’exil forcé, tout ce qu’il faut affronter pour repartir de zéro et se reconstruire. Le Québec devient sa terre d’accueil. À l’Université de Montréal, elle complète un baccalauréat ès arts en Littérature et langues modernes (italien et espagnol). Elle est si douée, qu’on lui confie pendant deux ans la charge d’y enseigner la langue et la littérature italiennes, alors qu’elle poursuit avec autant de succès des études de maîtrise en Littérature comparée. Trois bourses lui permettent de parfaire ses connaissances en Italie, à l’Université de Pérouse, à l’Université de Florence et à l’Université catholique de Milan. Michaëlle Jean parle couramment cinq langues : le français, le créole haïtien, l’anglais, l’italien, l’espagnol, en plus de lire le portugais.

Michaëlle Jean militera dès la vingtaine, pendant plus de dix ans, au sein du mouvement des femmes au Québec et contribuera ardemment à la mise sur pied d’un vaste réseau de centaines de refuges d’urgence pour les femmes victimes de violence conjugale et leurs enfants. Ce réseau s’étendra sur tout le territoire québécois et dans d’autres provinces canadiennes.

De 1988 à 2005, Michaëlle Jean connaît une brillante carrière de journaliste et d’animatrice d’émissions d’information à la télévision publique canadienne, les réseaux de langues française et anglaise. Ses réalisations en journalisme lui valent de nombreux prix. Elle participe et s’associe également à plusieurs films documentaires réalisés par son mari le cinéaste, essayiste et philosophe Jean-Daniel Lafond : La manière nègre ou Aimé Césaire, chemin faisant ; Tropique Nord ; Haïti dans tous nos rêves, Lheure de Cuba et Un film avec toi. 

Ensemble, ils créent et président depuis 2010 la Fondation Michaëlle Jean Foundation dont les programmes accompagnent, par le pouvoir des arts et de la culture, l’éducation et la formation, des jeunes parmi les plus vulnérables et fragilisés au Canada, en soutenant leurs initiatives citoyennes.

Titres et honneurs

La très honorable Michaëlle Jean détient les titres officiels suivants : membre du Conseil privé de la Reine pour le Canada (C.P.), Compagnon de l’Ordre du Canada (C.C.), Commandeur de l’Ordre du mérite militaire (C.M.M.), Commandeur de l’ordre du mérite des corps policiers (C.O.M.), Décoration des forces Canadiennes (C.D.)

De très nombreuses universités au Canada, aux États-Unis, en Europe et en Afrique lui ont fait l’honneur de lui décerner des doctorats honoris causa. 

Michaëlle Jean a reçu le Prix Canada 2009 du Fonds de développement des Nations unies pour la femme (UNIFEM) pour sa contribution extraordinaire à l’avancement de l’égalité entre les femmes et les hommes. La même année, elle reçoit le Prix de reconnaissance de l’Excellence du Conseil d’administration de l’Institut national de la qualité pour sa contribution exceptionnelle à la qualité de vie des Canadiens et des Canadiennes et de l’humanité.
En 2011, la France décide de l’élever à la dignité de GrandCroix, la plus haute distinction de lOrdre National de la Légion dhonneur, en guise de reconnaissance de «sa conscience aiguë des droits et libertés qu’elle défend sur tous les fronts», son «profond sens de solidarité», son «courage indéfectible pour combattre les injustices de ce monde», son «lien si fort avec la France» et sa «contribution éminente à l’amitié franco-canadienne.» En  2014, le Président du Bénin élève Mme Jean au grade de GrandCroix de lOrdre national du Bénin. En 2015, le Président du Cameroun l’honore et la décore du titre de Grand Officier de l’Ordre de la Valeur du Cameroun. En 2016, le président de la République du Mali élève à son tour Michaëlle Jean à la dignité de Grand’Croix de lordre national du Mali. En 2017 ce sera au tour du Président de la République du Sénégal d’élever Michaëlle Jean à la dignité de Grand Officier dans l’ordre National du Lion.