Bienvenue, Welcome!

Choisissez votre langue, select your language.

Sommet de Nairobi du Fonds des Nations Unies pour la Population et le Développement

La très honorable Michaëlle Jean convie la communauté internationale à la mobilisation pancanadienne des communautés noires
OTTAWA, le 12 novembre 2019 — La très honorable Michaëlle Jean, 27e gouverneure générale du Canada et 3e Secrétaire générale de la Francophonie, participe aujourd’hui et jusqu’au 14 novembre au Sommet de Nairobi (Kenya), une rencontre de haut niveau marquant le 25e anniversaire de la Conférence internationale sur la population et le développement (CIPD) tenue au Caire en 1994, où l’on reconnaissait pour la première fois à l’échelle internationale que la réalisation des droits des femmes et des filles est un principe essentiel au développement. Cette année à Nairobi, un segment important est consacré à la Décennie internationale des personnes d’ascendance africaine (2015-2024) proclamée par l’ONU et dont les objectifs sont une pleine reconnaissance, plus de justice et d’équité pour les communautés noires qui sont parmi les plus discriminées et marginalisées.

L’ex-gouverneure générale Michaëlle Jean, Afro-Canadienne originaire d’Haïti, et SE Madame Epsy Campbell Barr, vice-présidente du Costa Rica, première femme noire à accéder à une aussi haute fonction en Amérique latine, ont lancé aujourd’hui un appel percutant à la communauté internationale : « La Décennie internationale des personnes d’ascendance africaine doit se traduire par la mise en œuvre de plans d’action concrets, coordonnés et multisectoriels pour que cesse la discrimination chronique et systémique dont les communautés noires sont partout particulièrement affligées. Le racisme, générateur d’exclusion, de haine et de violence, vestige des temps coloniaux où par millions des hommes, des femmes et des enfants capturés en Afrique étaient déportés vers les Amériques et l’Europe pour être réduits en esclavage, demeure aujourd’hui encore un fléau dévastateur dont les conséquences sociales sont incommensurables y compris sur le plan du développement économique durable qui se doit avant tout d’être humain et inclusif », a insisté Michaëlle Jean.

Une vaste session de travail sera consacrée à la mobilisation en marche dans plusieurs pays de la Caraïbe et d’Amérique latine, mais aussi au Canada avec le Sommet pancanadien des communautés noires, porté par la Fondation Michaëlle Jean et dont la troisième édition se tiendra à Halifax, en Nouvelle-Écosse, du 20 au 22 mars 2020, le 21 mars étant la Journée internationale pour l’élimination de la discrimination raciale. Avec plus de 2 500 participantes et participants aux éditions précédentes, à Toronto en 2017 et à Ottawa en 2019, c’est le plus grand rassemblement de ce genre pour les communautés noires au Canada auquel s’associent largement et solidairement de nombreux partenaires des secteurs publics et privés, des institutions, des organisations nationales et internationales, mais aussi de la société civile en général.

Invitée également à prononcer un mot de clôture lors de travaux tenus à Nairobi aujourd’hui, Michaëlle Jean n’a pas manqué d’inviter la communauté internationale à rejoindre à Halifax la forte mobilisation du Sommet pancanadien des communautés noires. « L’Appel d’Halifax doit être universel et constituera une étape historique à franchir à mi-chemin de l’atteinte des objectifs de cette Décennie internationale pour les personnes d’ascendance africaine. L’occasion de dire et de montrer de toutes nos voix et nos forces rassemblées que l’élimination de la discrimination raciale est une responsabilité partagée, qu’il nous faut assumer partout collectivement, pour un monde plus juste et plus inclusif. Personne ne doit être laissé pour compte, c’est une condition essentielle voire un préalable à la réalisation du Programme 2030 et la concrétisation des Objectifs de Développement durable. »