Communiqué conjoint avec le Fond Purge LGBT à propos du rapport détaillé du Groupe de travail sur l’examen de la Loi sur l’équité en matière d’emploi.

Ottawa, le 15 décembre 2023 — Nous, au Fonds Purge LGBT et à la Fondation Michaëlle Jean, organisatrice du Sommet pancanadien des communautés noires (SPCN), appuyons sans réserve les recommandations exhaustives formulées par le Groupe de travail sur l’examen de la Loi sur l’équité en matière d’emploi. Ces recommandations correspondent étroitement aux objectifs que nous poursuivons. 

Lorsqu’elle a été adoptée au milieu des années 1980, la loi sur l’équité en matière d’emploi visait à éliminer les situations flagrantes de discrimination vécues en milieu de travail. À l’origine, elle identifiait nommément quatre groupes fréquemment confrontés à des obstacles supplémentaires : les femmes, les peuples autochtones, les personnes handicapées et les membres dits «minorités visibles».

 

Au fil des années, la protection prévue par la loi pour ces groupes a perdu son impact originel. Elle a rendu certains groupes de travailleurs plus vulnérables et les a privés de toute protection. Beaucoup d’autres continuent de subir des formes dévastatrices d’exclusion et d’injustice sur leur lieu de travail.

 

Nous nous réjouissons d’autant plus du rapport détaillé du Groupe de travail sur l’examen de la Loi sur l’équité en matière d’emploi. Ce dernier a su examiner les possibilités d’actualiser cette disposition essentielle. Nous saluons en particulier les conclusions qui ont conduit aux recommandations suivantes : 

 

  • Veiller à ce que les travailleurs noirs constituent un groupe distinct en vertu de la loi sur l’équité en matière d’emploi, au lieu d’être classés dans la catégorie «minorités visibles» ;
  • Veiller à ce que les travailleurs LGBTQI+ constituent un nouveau groupe en vertu de la loi sur l’équité en matière d’emploi; 
  • Veiller à la création de conditions globales et réellement transformatrices permettant l’inclusion et l’équité en matière d’emploi pour ces deux nouveaux groupes, l’élimination des barrières, la promotion de véritables consultations et la création d’un(e) commissaire à l’équité pour assurer le contrôle de la mise en oeuvre.  

 

Ces recommandations sont d’autant plus cruciales qu’elles soulignent la nécessité de prendre des mesures supplémentaires pour lutter efficacement contre la discrimination qui, historiquement, a engendré des obstacles considérables et injustifiés pour de nombreuses personnes. Sur le lieu de travail, l’objectif est d’instaurer un environnement véritablement juste, inclusif et équitable.

 

La Fondation Michaëlle Jean et le LGBT Purge Fund remercient le groupe de travail pour son travail et demandent instamment que des mesures soient prises pour mettre en œuvre ses recommandations.

 

— 30

Lola Mongaï Louangvannasy (she/her/elle/li) | Communications

Fondation Michaëlle Jean Foundation

communications@fmjf.ca