Bienvenue, Welcome!

Choisissez votre langue, select your language.

Tara Lapointe, directrice générale de la Fondation Michaëlle Jean

En me joignant à la Fondation pour son 10e anniversaire, j’ai eu le privilège de plonger dans ses archives pour découvrir tous ces programmes axés sur les jeunes dans les communautés à travers le pays. Que ce soit le « 4e Mur — Rendre l’invisible visible », ou « Justice, art et jeunesse en action (JAJA) », le « Forum national Le pouvoir des arts » ou le « Sommet pancanadien des communautés noires », la Fondation Michaëlle Jean n’a eu de cesse de travailler en collaboration avec des jeunes courageux, créatifs et perspicaces, de mettre de l’avant leurs initiatives et leurs perspectives, leur volonté de faire avancer le débat sociétal et d’agir contre toutes les formes d’exclusion, notamment la discrimination raciale systémique, les discours et les crimes haineux, l’islamophobie et l’homophobie.

J’ai participé au forum Le pouvoir des arts, qui s’est tenu à l’Université Carleton à Ottawa. Je me souviens de ce formidable rassemblement, de l’énergie et du dynamisme des jeunes, des artistes, des organisateurs communautaires, des universitaires, des chercheurs, des professionnels de différents domaines ainsi que des décideurs des secteurs public et privé. La passion du groupe était palpable et les discussions enlevantes au sujet de tant de projets très innovants et d’initiatives remarquablement engagées pour amorcer le changement social avec les arts comme principal levier.

La Fondation a cette capacité d’ouvrir des espaces de dialogue, toujours constructifs, de favoriser la création de plateformes permettant aux jeunes artistes d’explorer de nouvelles pratiques d’interventions créatives et sociales, d’unir leurs voix, de se faire entendre et d’exposer leur travail et leurs modes d’expressions artistiques. C’est une conviction profondément ancrée chez les jeunes qu’ils sont parmi les acteurs les plus créatifs et leurs solutions parmi les plus imaginatives face aux problèmes qui les affectent, notamment l’exclusion, et dans leurs communautés. Ils savent, en effet combien les arts permettent d’ouvrir la voie aux conversations les plus difficiles qui les concernent, et qui sont essentielles. Ils savent également que le pouvoir des arts pour agir sera toujours au cœur du travail de la Fondation Michaëlle Jean.

Alors que nous allons préparer le Sommet pancanadien des communautés noires qui se tiendra en mars 2022 à Halifax, nous prévoyons accueillir plus de 400 jeunes délégué(e)s, et nous sommes infiniment reconnaissants que le groupe des jeunes de l’ACCE à Halifax ait accepté de prendre en charge l’organisation du programme consacré aux arts visuels et autres performances artistiques toutes extraordinaires.

Nous explorons également en partenariat avec la Fondation communautaire d’Ottawa, la création d’un programme de renforcement vigoureux et de diversification de l’écosystème entrepreneurial en faveur des initiatives économiques, des entreprises créatives et sociales portées par des jeunes dans la région de la capitale nationale. L’idée est de mieux comprendre et cerner leurs besoins, de leur permettre de consolider leurs plans d’affaires, de les accompagner d’une étape à l’autre.

En cette Journée internationale de la jeunesse, je tiens également à souli-gner les contributions des deux stagiaires qui se sont joints à nous pour l’été : Aaliyah McCormick et Erik Steiner. Nous apprécions hautement leur curiosité, leurs idées, leur énergie et leurs propositions. Aaliyah et Érik votre apport est précieux ! Nous espérons aussi que votre passage à la FMJF vous permettra aussi d’apprendre du type de travail que nous effectuons et des valeurs, des principes qui nous guident dans notre mission et notre engagement aux côtés de la jeunesse partout au Canada.

La Fondation Michaëlle Jean continuera d’être championne pour les droits et de la dignité des jeunes partout au pays. Que cette journée nous rappelle le courage, la passion et l’éclat avec lesquels les jeunes continuent de diriger leur génération et nous encourage à apprendre le plus possible d’eux. Les jeunes continuent de nous rappeler, tant à la Fondation qu’à travers le monde qu’ensemble, nous sommes plus forts.